© Vincent Girard

Amélie poursuit actuellement sa 5e année de doctorat en psychologie du travail et des organisations, au profil scientifique-professionnel. Elle se définit par ses aspirations de vulgarisation scientifique et de créativité ainsi que par sa passion pour le vélo de montagne et l’escalade. La jeune chercheuse s’intéresse aux problématiques rencontrées par les travailleurs âgés et explore dans le cadre de sa thèse, comment la discrimination envers l’âge peut impacter le bien-être psychologique. L’étudiante a collaboré à divers projets de recherche, entre autres, sur le bien-être des travailleurs communautaires, la motivation des travailleurs de 65 ans et plus et le discours des médias envers les aînés pendant la pandémie COVID-19. Elle a également remporté le second prix du concours de vulgarisation scientifique de science 101, où elle avait soumis une BD abordant la thématique de l’âgisme dans la société.  

Les expériences professionnelles d’Amélie l’ont mené à travailler sur divers volets de la psychologie du travail. Elle a développé ses compétences en recrutement par le biais d’une expérience à titre de recherchiste en acquisition de talents. L’étudiante a développé ses compétences en développement de formation par le biais de diverses opportunités à titre de consultante. Finalement, elle a aussi développé des aptitudes pour la gestion du changement, la planification stratégique et la gestion des conflits en étant stagiaire au CHUM.

Intéressée par le domaine des communications, l’étudiante a aussi réalisé, en parallèle de son doctorat, un programme court en communication appliquée aux relations publiques de l’Université TÉLUQ. Avec les acquis de cette formation complémentaire, Amélie se sensibilise aux problématiques de gestion de crises auxquels sont confrontées les entreprises, puis développe les compétences nécessaires pour guider les organisations dans leur planification de communication. Des compétences de plus en plus essentielles pour les entreprises dans notre société actuelle.